Oser publier son premier roman

Écrire un roman est le rêve de millions de Français. Certains franchissent le cap et passent du rêve à la réalité. Mais parmi ceux qui ont réussi le pari de terminer leur premier livre, une grande partie n’ose pas franchir le pas de la publication.

Il est hallucinant de voir le nombre de gens qui ont écrit un roman ou parfois plusieurs et qui se sont contentés de le garder pour eux, de le laisser mourir dans un tiroir ou dans un dossier sur leur ordinateur.

Mais pourquoi agissent-ils de la sorte ?

Un collègue de travail m’a avoué une fois qu’il avait écrit un roman de plus de 800 pages dont l’histoire se déroulait en Amérique du Sud. Il s’était documenté pendant des années pour parvenir à ses fins.

Et qu’à t-il trouvé de mieux à faire quand son projet fût concrétisé ? Laisser pourrir son roman dans un tiroir, sans jamais le faire lire à un autre que lui, sans même oser adresser son manuscrit à des éditeurs.

Pourquoi a-t-il fait cela, comme des millions d’autres français ?

Tout simplement par peur d’être jugé, par peur d’être rejeté, par peur des critiques, peur qu’on lui dise que son roman est nul, qu’on lui dise qu’il aurait mieux fait de ne jamais écrire.

Cette peur est naturelle, humaine. Je suis moi-même passé par cette étape.

Mais à un moment donné, il faut savoir ce que l’on veut dans la vie et si l’on désire avancer, évoluer, il faut trouver le courage d’aller au bout de ses rêves et de ses projets. Ce ne sont pas les autres qui le feront pour vous.

Et si vous trouverez toujours des imbéciles, des haineux ou des jaloux pour vous démonter, ce n’est pas grave. C’est la règle du jeu. On ne peut pas plaire à tout le monde.

Vous devez franchir le pas et partager votre livre avec les autres. C’est sa destinée. Un livre, une histoire, est fait pour être partagé au plus grand nombre. Ce n’est pas un journal intime ou un carnet de bord, sa vocation n’est pas de rester privé.

Surtout que dans le fond, nous avons tous envie d’être lu par un public.

Acceptez les critiques !

La critique que vous allez recevoir en retour sera peut-être violente, parfois. Mais il faut l’accepter. Oui, ça fait très mal au début, on focalise sur ça et on se sent blessé, attaqué, dévalorisé. Mais le temps passe et l’on apprend à prendre du recul avec ce genre de critique. Car on n’a pas le choix, c’est une question de survie mentale.

Choisissez un pseudo d’auteur

Si vous craignez de passer le cap, je vous prodigue un petit conseil : choisissez un pseudo.

Cela vous permettra de vous détacher de votre œuvre et surtout, que vous soyez publié par un éditeur ou que vous passiez par l’autoédition sur Amazon, de ne pas être reconnu, si c’est cela qui vous angoisse le plus.

Et je le répète, ne laissez pas les autres décider pour vous. C’est votre vie, c’est votre rêve. Ce que les autres en pensent est secondaire. Alors, foncez et publiez !

Et si vous voulez m’envoyer 1 ou 2 pages de votre 1er chapitre pour avoir un avis extérieur, n’hésitez pas.

P.S : si vous avez besoin de redéfinir vos projets et de réorganiser votre vie, je vous conseille la lecture de mon livre Le Pouvoir de l’Agenda.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :